Électrification des transports


2008-02-15
Les voitures hybrides - Deux joueurs d'impact
La Honda Insight
Le 4 septembre dernier, à Torrance en Californie, le chef de la direction chez Honda, M. Takeo Fukui, révélait au monde la toute dernière création du fabricant nippon en matière de voitures hybrides : la Honda Insight. On l’attendait depuis longtemps. En effet, il y a des mois que Honda annonçait la venue de ce nouveau-né, cette voiture hybride qui devrait éventuellement devenir la plus économique et la plus abordable jamais mise sur le marché. Cela a été rendu possible grâce à une réduction du poids et à l’impressionnante baisse des coûts de la technologie d’assistance moteur intégrée (Integrated Motor Assist, dite IMA), développée aussi par le constructeur japonais. Cette voiture sera offerte en modèle berline 5 portes dès le printemps prochain aux États-Unis. Son concept physique rappelle celui de la FCX Clarity, en vente depuis juin 2008, une voiture hybride utilisant l’hydrogène et l’électricité pour se propulser. Elle n’est toutefois pas encore disponible au Canada. La Insight a été exposée au public pour la première fois au Mondial de l’automobile 2008, le 2 octobre dernier, à Paris.

À la différence de sa consoeur la Clarity, la Insight roulera grâce au mixe électricité-essence. Ses dimensions seront légèrement plus petites. Avec un tel véhicule, Honda viendra bien évidemment jouer les trouble-fêtes dans le clan Toyota, le meneur de la voiture écologique, qui a annoncé cet été une hausse de 500 $ US sur le prix de sa Prius. Alors que celui-ci variera entre 22 000 et 24 700 $ US en 2009, la Insight se vendra entre 18 500 et 20 000 $ US. Reste à savoir si cela influencera réellement les ventes de la Prius qui, disons-le, a fait ses preuves depuis plusieurs années déjà. Le modèle 2009 présente même plusieurs améliorations qui la rendent plus efficace. Il faut savoir qu’alors que Honda pense vendre 500 000 hybrides (tous les modèles compris) par année après 2010, Toyota prévoit en écouler un million.

La Insight sera produite à l’usine Honda de Suzuka, au Japon. Cette usine pourrait prendre de l’expansion à la suite de l’arrivée du nouveau-né. Plusieurs technologies novatrices constituent le cœur de la nouvelle Honda, ce qui, d’après les hautes sphères de la compagnie, améliorent le rendement du carburant. Les designers de l’entreprise ont aussi mis le paquet, voulant faire de ce véhicule un attrait immédiat et absolu pour les consommateurs. Honda profitera de ce lancement très attendu pour introduire au même moment d’autres voitures écologiques : les nouvelles Fit et Civic hybrides ainsi que le concept sport aux allures futuristes CR-Z.

Dans un autre ordre d’idée, est-ce que le nom Insight vous dit quelque chose ? Si oui, c’est tout à fait normal, puisque Honda avait lancé sous le même nom en 1999 la toute première voiture hybride destinée au grand public, en Europe et aux États-Unis. Selon les dirigeants de la compagnie, ce nom constitue un symbole de l’engagement de Honda envers les innovations technologiques et l’environnement.

La Chevrolet Volt
Dans ce marché que nous pourrions appeler « la ligue des voitures hybrides », les constructeurs japonais comme Toyota et Honda sont sans aucun doute les grands meneurs. Cependant, il se peut que le 16 septembre 2008 reste marqué dans l’histoire de cette ligue, et ce ne sera pas par l’influence d’un de ces deux fabricants. L’honneur reviendra plutôt au géant américain de l’automobile, General Motors. À Détroit, le jour même de ses 100 ans, GM a dévoilé la version industrielle et définitive (et non le prototype, dont le style était beaucoup plus sport, éclaté et futuriste) de sa Chevrolet Volt, la première voiture hybride de la compagnie. Jusqu’à ce temps, GM était vu par la majorité comme un constructeur dépassé par les nouvelles tendances écologiques. Par contre, le lancement de la Volt constitue, plusieurs experts du milieu automobile, un grand pas vers la diminution de notre dépendance à l’essence.

Pour la plupart, au premier regard, la Volt n’est qu’une autre voiture hybride, une copie américanisée d’une Honda hybride. Et bien non. Contrairement aux autres hybrides sur le marché qui roulent grâce à un moteur à essence secondé d’un moteur électrique, la Volt est propulsé entièrement par un moteur électrique! Son moteur à combustion de quatre cylindres (à l’essence ou à l’éthanol) ne sert qu’à recharger les batteries lorsque la balade a été plus longue que prévue. Seul le moteur électrique est relié à la transmission. Celui-ci développe une puissance équivalente à 250 chevaux. Le véhicule peut donc atteindre une vitesse de pointe de 160 km/h, avec une accélération de 0 à 100 km/h qui se fait sous les 9 secondes. Impressionnant pour une voiture électrique! La pile est rechargeable via des prises de 240 ou 120 volts; une opération qui prendrait de trois à huit heures, dépendamment du type de courant. Il en découle que pour les utilisateurs, le prix quotidien pour se déplacer en Volt sera bien minime; «moins cher qu’une tasse de son café préféré! », a ironisé Bob Lutz, grand patron chez GM, lors du dévoilement. Voilà un avancement majeur et une innovation importante que peu de gens voyaient venir de la part de cette entreprise.

Comme l’a écrit Éric LeFrançois, de La Presse, « sur papier, le concept est révolutionnaire. » Mais dans la réalité, il se peut que nous soyons face à une réalité quelque peu différente. Évidemment, une telle technologie ne sera pas donnée. Il est difficile d’imaginer à quel prix sera vendue la Volt, dont la mise sur le marché en Amérique du Nord est prévue pour novembre 2010. Alors que les optimistes crient au génie et à la fin de la pollution automobile, des réactionnaires avancent le fait que sans l’aide gouvernementale, un bien faible pourcentage de la population pourra se payer le luxe de rouler en Volt. Aux États-Unis, les promesses sont déjà lancées; Obama promet 7000 $ US aux futurs propriétaires, McCain lui, 5000 $ US. GM compte sur cette aide, car les responsables de la Volt ont affirmé que la compagnie ne ferait pas un seul sou à la vente, conséquemment au prix élevé de production et aux coûts faramineux qu’ont nécessité la recherche et le développement.

Pour les classe moyenne et moyenne supérieure au Québec, et même dans l’ensemble de l’Amérique du Nord, le prix des voitures hybrides (ainsi que celui du remplacement des batteries, outre pour la Volt) est le frein principal à l’achat de ces véhicules dits écologiques. Bien que l’efficacité des nouvelles technologies devienne de plus en plus impressionnante, on est encore loin d’un monde où les hybrides sont reines. Cependant, ce que l’on peut retirer de l’arrivée de la Honda Insight et de la Chevrolet Volt, c’est que ce « monde 100 % hybride » est, bien que dans un avenir peut-être plus loin que rapproché, possible.

Pour se renseigner sur les véhicules hybrides offerts par le CGER, visiter notre section.

Sources :
Honda (http://automobiles.honda.com)Ouverture dans une nouvelle fenêtre
General Motors (http://gm-volt.com/)Ouverture dans une nouvelle fenêtre
Cyberpresse (http://monvolant.cyberpresse.ca en ligne en 2008).
ConsoGlobe (www.consoglobe.com)Ouverture dans une nouvelle fenêtre
Moteur Nature – Le spécialiste de l’auto écologique (www.moteurnature.com)Ouverture dans une nouvelle fenêtre

Le Journal Métro Montréal (www.journalmetro.com/Ma%20Vie/article/115623 en ligne en 2008).



Dernière mise à jour le 2017-03-31 14:15:37